Une loi Convention Climat 4 fois plus efficace ? C’est possible !

Avec seulement 5 mesures de plus, la loi Convention climat pourrait être près de 4 fois plus efficace. La loi préparée par le Gouvernement pour mettre en œuvre les propositions de la Convention citoyenne pour le climat est certes sympathique, mais très insuffisante. En écartant sciemment les mesures les plus impactantes des 150 citoyens, le texte reste symbolique et ne permet de réduire les émissions de la France que de 12,6 Mt CO2, soit 2,3% à l’horizon 2030 !
 
Alors que les scientifiques, la jeunesse, la société civile, ou même les catastrophes naturelles et la crise sanitaire actuelle ne cessent de nous alerter sur l’urgence d’agir vite et fort pour limiter le dérèglement climatique et ses effets sociaux néfastes, alors que la justice a condamné mercredi dernier l’Etat pour inaction climatique, nous sommes dans un moment de bascule où nous devons accélérer nos réponses à l’urgence climatique et sociale. Il est encore temps de rehausser l’ambition de ce texte, et c’est possible ! Parmi les mesures des citoyens rejetées par le gouvernement, j’ai identifié 5 mesures phares qui permettent à elles seules de multiplier par près de  4 les émissions de CO2 évitées en 2030 :
 
Proposition
Mt CO2/an évitées en 2030
Créer une obligation de rénovation globale pour les logements, couplée à une avance du coût des travaux jusqu’à 100% pour les propriétaires qui en ont besoin & rénovation BBC de la moitié des bâtiments publics d’ici 2030
+ 13,9
Proposer un éco-prêt taux zéro pour acheter des véhicules peu émetteurs & organiser dès 2025 la fin de vente des véhicules les plus polluants avec un seuil ambitieux
+ 12,2
Généraliser le forfait mobilités durables pour tous les salariés (vélo + covoiturage)
+ 3,9
Réguler en 10 ans la publicité sur les produits les plus polluants
+ 2
Instaurer dès maintenant une redevance sur les engrais azotés sans attendre 2025, et augmenter d’autant, voire un peu plus, les soutiens aux agriculteurs pour développer les alternatives
+ 2
TOTAL (en plus du texte existant)
+ 34
Pour rappel, l’impact actuel de la loi CCC du gouvernement est de seulement…
12,6 !!!
 
Les arguments de ceux qui nous disent que cela coûterait trop cher ne tiennent pas ! Pour la rénovation énergétique, le surcoût pour l’Etat n’est que temporaire car l’aide accordée sera récupérée dans quelques années, au moment de la transmission du bien (7 ans en moyenne), sans même parler des gains sur la sécurité sociale grâce aux progrès sur la précarité énergétique. Les mesures pour accélérer la mobilité propre bénéficieront aux constructeurs français qui augmenteront significativement leurs ventes de véhicules peu émetteurs. Le coût du forfait mobilités durables serait quant à lui plus que compensé, pour les entreprises (diminution des retards et de l’absentéisme, gains QVT et parking) comme pour l’Etat (baisse des arrêts maladies). La régulation de la publicité ne coûte rien et, bien menée, permettra d’orienter progressivement les citoyens vers une consommation plus sobre et responsable.
 
Ces 5 mesures sont là, à portée de main. Elles ne demandent qu’une chose : de la volonté politique. Elles améliorent la vie des citoyens et de nos industries, réduisent les dépenses de santé, créent des emplois, contribuent au bien-être de tous. Elles symbolisent le minimum nécessaire pour faire de cette loi une vraie loi pour le climat et pour les Français. Au gouvernement d’agir ! Et s’il ne le fait pas, nous le ferons et les porterons avec force en amendements lors du débat parlementaire. 
              
Matthieu Orphelin,
 député écologiste de Maine-et-Loire