PPL maltraitance animale : ne passons pas à côté de certains sujets pourtant essentiels !

Après plus de 3 ans ½ de mandat, c’est une bonne chose que la majorité mette enfin sur la table le sujet du bien-être animal. Notre pays doit progresser, et les citoyens le demandent avec insistance. Avec mes collègues du collectif Ecologie Démocratie Solidarité, nous sommes heureux que notre proposition de loi discutée en septembre dernier ait contribué à mettre ce sujet en haut de l’agenda.

Malheureusement, la majorité met sciemment de côté des sujets essentiels quant au bien-être animal pour ne pas froisser une partie de son électorat. Mes amendements à ce sujet pourraient donc être jugés irrecevables pour “absence de lien avec la loi”… on rêve ! Comment peut-on discuter d’une loi sur le bien-être animal en éludant la question de la chasse à courre ou celle de l’élevage en cage ?

C’est une faute politique de ne pas inscrire dans ce texte la fin de la chasse à courre, une évidence partagée par 80 % des citoyens et par plusieurs de nos voisins européens (1). Je porte évidemment un amendement sur ce sujet pour mettre fin à ce type de chasse ainsi qu’à d’autres pratiques de chasses traditionnelles cruelles.

Autre oubli (volontaire) de la majorité : aucun article sur l’élevage, même pas pour engager une sortie progressive de l’élevage en cage. C’est ce que je propose par l’élaboration d’une stratégie sur 10 ans, en concertation avec tous les acteurs concernés pour ne laisser aucun acteur en difficulté économique, avec des soutiens adaptés pour faciliter ces conversions.

Par ailleurs, la fin des animaux sauvages dans les cirques et les delphinariums doit être clarifiée : la liste des animaux concernés et la date d’application ne sont pas fixées dans la proposition de loi. Rappelons que 72% des Français souhaitent une interdiction de la présence d’animaux sauvages dans les cirques (2) et que cette mesure est déjà en vigueur dans 23 pays européens : il est temps que la France se mette à la page ! Je porterai également un amendement qui permettra aux conseils régionaux qui le souhaitent d’interdire les cirques sur leur territoire, sans attendre l’interdiction nationale qui entrera en vigueur ultérieurement.

Matthieu Orphelin,
député écologiste de Maine-et-Loire

1 Allemagne, Belgique, Écosse, Angleterre, Pays de Galles.
2 Sondage IFOP/Fondation 30 millions d’amis de janvier 2020.