Le passe vaccinal ne doit pas être le seul outil utilisé par le gouvernement !

Malgré les recommandations répétées du Conseil scientifique pour mettre en œuvre tous les moyens d’aller vers les 5 millions de Français non-vaccinés, force est de constater que les actions du gouvernement en ce sens sont toujours beaucoup trop limitées. Le gouvernement fait une lourde erreur : répondre à la recrudescence de l’épidémie en comptant uniquement sur le passe vaccinal n’est en rien suffisant et est une erreur majeure ! Les Français sont fatigués de la situation et attendent plus d’actions, de cohérence et de courage de la part de leurs responsables politiques, ils souhaitent retrouver un système de santé efficace au service d’une société soudée. Disons le clairement à nos concitoyens : nous devons apprendre à vivre avec ce virus.

Parmi les plus de 5 millions de non-vaccinés, nombreux sont ceux qui manquent d’informations claires concernant la vaccination ou encore qui manquent d’accès au système de santé. Depuis des mois, nous demandons le renforcement de “l’aller vers”. Ce que je vois sur le terrain, c’est qu’en zone rurale ou en quartier prioritaire de la ville, les dispositifs existants sont au mieux insuffisants, au pire inexistants. Comme le préconise le Conseil scientifique dans son avis du 8 décembre, les caisses primaires d’Assurance maladie ou même les CCAS pourraient développer des actions efficaces auprès des personnes non-vaccinées.1

L’éreintement de notre système de soins est insupportable. Nous devons retrouver un système de santé capable de s’occuper de tous les problèmes de santé de nos concitoyens en temps et en heure sans devoir déprogrammer des soins par manque de moyens notamment dans l’hôpital public. Cela passe par des moyens supplémentaires, certes, mais aussi par le courage d’affronter ensemble l’épidémie en allant vers nos concitoyens.

Par ailleurs, plutôt que d’instaurer un passe vaccinal qui crée intrinsèquement de la violence au sein même de notre société, les mesures complémentaires à l’aller-vers sont connues et le gouvernement continue pourtant de les ignorer : renforcement des gestes barrières utiles, gratuité des tests, déploiement des capteurs de CO2, levée des brevets pour renforcer la vaccination dans le monde entier et restreindre l’apparition de nouveaux variants.

Sur la généralisation des capteurs de CO2 dans les établissements scolaires, Jean-Michel Blanquer continue de traîner des pieds, et répond en catimini au détour d’une interview qu’un fonds de 20M d’euros est prévu pour les collectivités qui ont besoin d’aide pour les déployer dans les établissements scolaires, sans décision supplémentaire pour leur généralisation !

L’examen du projet de loi commence cet après-midi en séance. Je porterai des amendements pour corriger ce texte sur l’ensemble de ces points.

Matthieu Orphelin
député écologiste de Maine-et-Loire

1 avis_conseil_scientifique_8_decembre_2021.pdf (solidarites-sante.gouv.fr) “Les CPAM, les ARS, les collectivités territoriales ainsi que les acteurs associatifs joueront un rôle majeur pour contacter les personnes, mettre en place des opérations « au pied des immeubles » et autres, afin de rencontrer les personnes, de les informer et de les rassurer. Il apparaît utile de mettre en place des propositions d’information et de vaccination dans les centres d’hébergement et dans les centres de distribution alimentaire, notamment, de manière à permettre aux personnes défavorisées d’avoir accès au vaccin sans frais supplémentaires de transport. Les zones rurales doivent aussi disposer de conditions d’informations au plus près des personnes et de conditions d’accès pratique adaptées aux personnes les plus défavorisées.”