Hausse des prix de l’énergie – aidons mieux les Françaises et Français

Avec la forte hausse annoncée des prix du gaz, de l’électricité et des carburants dans les prochaines semaines, je demande au gouvernement d’augmenter d’urgence les aides de soutien au pouvoir de vivre des ménages modestes et des classes moyennes.

L’augmentation de 100€ du chèque énergie pour ses 5,8 millions de ménages bénéficiaires est certes bienvenue mais ne suffit absolument pas. Elle ne s’attaque pas aux racines du problème.

Réfléchissons à des dispositifs d’aides qui s’adaptent automatiquement – en niveau d’aide et en nombre de ménages aidés – à la situation des prix de l’énergie. J’appelle le gouvernement à :

  • Elargir le chèque énergie à tous les ménages modestes et aux classes moyennes les plus en difficulté ;
  • Indexer le niveau des chèques énergie distribués en fonction de l’évolution du prix du pétrole, du gaz et de l’électricité, pour prémunir les ménages des aléas des marchés de l’énergie et garantir une stabilité de leur pouvoir de vivre ;
  • Répartir le versement du chèque énergie sur au moins deux périodes de l’année plutôt qu’en une seule fois, notamment pour lier le montant à l’annonce des tarifs réglementés par le régulateur ;
  • Moduler le montant du chèque énergie en fonction du lieu de résidence pour prendre en compte les disparités climatiques entre les régions.

D’autres dispositifs que le chèque énergie pourront également être imaginés (par exemple une taxe flottante sur le gaz et les carburants), l’important étant de s’attaquer structurellement aux difficultés que font peser sur les ménages les fluctuations des prix de l’énergie.

Matthieu Orphelin,

 Député écologiste de Maine-et-Loire