Du jamais vu à la pompe : impossible que le gouvernement ne fasse pas plus !

Le diesel et l’essence atteignent des prix jamais atteints. Tous les ménages dépendant de la voiture le ressentent dans leur vie quotidienne. Le gouvernement ne peut pas rester les bras croisés sans rien faire de plus pour les Français, qui plus est dans le contexte actuel de hausse des prix à la consommation.

Je porte 3 propositions concrètes et immédiates :

  1. Un éco-prêt à taux zéro garanti par l’Etat à destination des ménages modestes et classes moyennes pour l’acquisition d’un véhicule électrique (voiture ou VAE). Seules 10% des voitures vendues en 2021 sont électriques, alors que cent kilomètres en voiture électrique coûtent à peu près 2 euros, contre 12 euros en voiture thermique. Les véhicules électriques ne doivent pas être réservés aux ménages aisés.
  2. Une prime “crise énergétique” déclenchée lorsque le prix du baril dépasse un certain seuil. L’indemnité inflation de 100€ annoncée en octobre est déjà dépassée. Cette prime pour les ménages modestes et classes moyennes viendrait renforcer de +300€ en moyenne le chèque énergie touché par les 5,8 millions de bénéficiaires actuels (rehaussant le montant moyen du chèque énergie à 450€ en moyenne) et verser à 15 millions de foyers supplémentaires à hauteur de 100€ en moyenne pour couvrir toutes les classes moyennes (40 millions de bénéficiaires au total). Ce mécanisme, partiellement financé par la hausse des recettes fiscales de TVA sur les énergies, est plus redistributif et plus adapté qu’une baisse des taxes qui coûterait cher à l’Etat et bénéficierait aux ménages plus aisés.
  3. Une contribution exceptionnelle des pétroliers et gaziers qui vivent sur la destruction de la planète et qui profitent de cette hausse généralisée des prix des énergies, comme Total qui pourrait atteindre les 15 milliards € de bénéfices sur l’année 2021 ! Ces chiffres sont d’une violence indécente vis-à-vis des Françaises et Français qui utilisent jusqu’à 20% de leurs revenus pour payer leurs factures énergétiques.

La réponse conjoncturelle face à la hausse des prix des énergies doit être renforcée en ciblant les ménages en précarité énergétique, et le gouvernement doit enfin apporter des réponses structurelles face à l’inflation en aidant massivement à l’acquisition de véhicules propres.

Matthieu Orphelin,
député écologiste de Maine-et-Loire