Une proposition de loi pour créer un chèque « bien manger »

Yolaine de Courson propose avec des députés du collectif Écologie Démocratie Solidarité une loi transpartisane pour créer un chèque « bien manger » pour tous les Français.

Ce chèque facilitera l’accès à des produits alimentaires sains pour tous, et valorisera la démarche de conversion agro-écologique de notre agriculture. Il aidera à faire face à la grave situation sociale qui découle de la crise sanitaire, alors que le nombre de personnes qui ne parviennent plus à se nourrir correctement augmente de jour en jour. La valeur du chèque variera selon les revenus et sera dédiée à l’achat de produits sains et résultant d’une démarche de transition agro-écologique, auprès de commerçants conventionnés.

Le chèque “bien manger” reprend une proposition des membres de la Convention citoyenne pour le climat. Malheureusement, le Gouvernement a indiqué mardi qu’il ne souhaitait pas intégrer cette proposition au futur projet de loi Convention citoyenne.
Les 150 citoyens ont imaginé un chèque alimentation en réponse au constat suivant : alors que notre santé passe par l’assiette, que les maladies chroniques évitables liées à l’alimentation sont coûteuses pour notre système de santé, et que l’agriculture impacte le climat, il demeure difficile de modifier nos habitudes alimentaires.

La proposition de loi de Yolaine de Courson, déjà cosignée par Matthieu Orphelin, Delphine Bagarry, Delphine Batho, Emilie Cariou, Paula Forteza, Albane Gaillot, Hubert Julien-Laferrière, Sébastien Nadot, Aurélien Taché, Guillaume Chiche et Cédric Villani, sera ouverte à la signature de l’ensemble des députés. Elle s’inscrit dans l’approche globale « Une seule santé, humaine, animale, environnementale » qui est aujourd’hui au centre des politiques publiques internationales de santé.

Le Président de la République doit rencontrer ce lundi 14 décembre les membres de la Convention citoyenne. Les députés du collectif EDS souhaitent que le chèque alimentation demandé par les 150 citoyens soit intégré au projet de loi et appelle le Président de la République à revenir sur l’arbitrage négatif rendu pour l’instant par son gouvernement. Dans le cas contraire, ce serait nier une des mesures les plus utiles proposées par la Convention citoyenne pour le climat. Nous la porterions alors via cette proposition de loi, ainsi que sous forme d’amendement à la loi climat et au projet de loi de finances pour 2021.

Le collectif Ecologie Démocratie Solidarité