Sommet climat, assises mobilité, rapport NDDL… une semaine décisive pour la transition écologique !

Deux ans après l’accord de Paris, le One Planet Summit, initié par Emmanuel Macron, est une superbe occasion pour relancer la mobilisation générale autour du climat !

  • Chaque pays doit faire plus, en actions et en financements. Je souhaite qu’à l’occasion de ce sommet, la France marque la scène internationale en annonçant un renforcement de ses financements climat vers les pays les plus vulnérables, notamment via l’aide publique au développement et le financement de l’adaptation. Nous devons rembourser notre dette écologique envers les pays qui subissent aujourd’hui de plein fouet les conséquences de nos modes de développement et l’objectif de 100 Mds$/an promis par les pays développés n’est pas encore atteint.
  • Au-delà des actions des pays, tous les acteurs doivent se mobiliser et en premier lieu les investisseurs publics et privés. En France, il manque par exemple 30 milliards d’€ de financements climat par an. Banques, assurances, fonds d’investissement, mais aussi particuliers, tous doivent réorienter leurs stratégies d’investissement pour les rendre compatibles avec l’objectif de 2 degrés. Rappelons que chaque million d’€ investi, c’est plusieurs centaines de tonnes de CO2 émises ! N’investissons plus dans les énergies les plus polluantes.
    • Tout n’a pas été tenté. Il faut innover dans les financements climat. J’ai lancé, avec 150 personnalités européennes (dont Jean Jouzel, Pierre Larrouturou, Dany Cohn-Bendit…), l’appel pour un pacte finance-climat européen (à retrouver sur www.climat-2020.eu) pour imaginer des financements européens innovants (mobilisation de la Banque Centrale Européenne, Taxe sur les Transactions Financières européenne, impôt climat européen…).

Les transports sont le secteur le plus consommateur d’énergie et contribuent fortement aux émissions. Il y a urgence à réinventer nos mobilités !

  • Mercredi, les groupes de travail des Assises de la mobilité rendront leurs recommandations. Le Conseil d’orientation des infrastructures, dont je suis membre, présentera à cette occasion un rapport intermédiaire sur les nouvelles priorités en matière d’investissements et sur les moyens pour les financer.
  • Le rapport des médiateurs NDDL est lui aussi attendu mercredi. Il apportera des éléments nouveaux : pour la première fois, les alternatives au nouvel aéroport ont être sérieusement étudiées, grâce notamment à des expertises complémentaires. Les différentes options possibles vont être présentées ; le gouvernement pourra ainsi, après analyse, prendre une décision éclairée sur ce dossier complexe mais symbolique, pour le climat et la préservation des terres agricoles !