Sauvons les cafés et restos angevins !

Piétonnisation de rues et boulevards le soir, extension des terrasses existantes, transformation de places de parking ou de rues entières en terrasses éphémères : la Mairie peut facilement permettre aux restaurants et cafés d’accueillir plus de public tout en respectant la distanciation.

 

Le gouvernement devrait annoncer ce jour la réouverture des restaurants et cafés à partir du 2 juin, dans les zones vertes, avec des contraintes sanitaires assez strictes (1 mètre entre deux tables, pas plus de 10 couverts par table). Cette réouverture était très attendue par ces établissements qui ont beaucoup souffert des deux mois de fermeture administrative et pour qui la reprise va être complexe.

 

J’ai échangé ces dernières semaines avec de nombreux responsables de restaurants et cafés angevins, durement touchés par la crise et très inquiets pour l’avenir de leurs établissements, qui sont pourtant l’âme de notre ville. Pour les plus petits d’entre eux, comment réouvrir avec deux fois moins de clients, après de longues semaines d’inactivité qui ont fortement impacté leur rentabilité économique et menace leur survie ?

 

Des solutions innovantes, simples et peu onéreuses d’urbanisme temporaire existent ! A l’international, des villes comme Athènes ou New-York ont annoncé restreindre la circulation des véhicules en centre-ville pour faciliter le respect des mesures de distanciation et développer les terrasses. En France, la Mairie de Paris va autoriser provisoirement les établissements à étendre leurs terrasses sur l’espace public, en leur réservant des places de parking ou parfois des rues entières. La métropole de Lyon souhaite aussi inciter les communes à permettre une emprise plus large des terrasses. Nantes, Toulouse ou même Bordeaux ont également fait des annonces dans ce sens.

 

Le Maire et le conseil municipal d’Angers peuvent, à leur tour, agir ! Je leur demande de tout faire pour sauver les cafés et restaurants angevins. Dès le 2 juin, permettons aux restaurateurs et cafetiers d’étendre leurs terrasses sur les trottoirs ou sur la rue le soir, le midi ou le week-end, ou bien en partie sur les zones de stationnement. Il est également envisageable d’étudier des aménagements temporaires pour les rues suivantes :

  • le passage à une seule voie de la rue Beaurepaire le soir
  • la piétonisation des rues Bodinier et Boisnet le soir, pour en faire des “rues-terrasses”
  • le passage du boulevard du Maréchal Foch, le soir et le week-end à une seule voie (uniquement pour les bus, vélos et véhicules d’urgence)
  • la suppression des places de parking et de livraison rue de la Parcheminerie le midi et le soir

 

Matthieu Orphelin, Député de Maine-et-Loire