Reconfinement : un OUI sous conditions, et 5 propositions pour avancer !

Les chiffres le montraient depuis déjà plusieurs semaines : la seconde vague était devenue hors de contrôle et le reconfinement était inévitable. Ce n’est pas aujourd’hui le temps du bilan des actions ou des capacités d’anticipation du gouvernement ou des autres acteurs ; il viendra et il est nécessaire. Ce n’est pas non plus le temps des polémiques, les citoyennes et les citoyens n’en peuvent plus et attendent une responsabilité collective des responsables politiques. C’est le temps de faire face, ensemble. Et de résister à ce satané virus. L’épreuve s’annonce dure, mais nous allons y arriver en faisant front et en ne laissant personne de côté.

Ce matin, je voterai pour les mesures de confinement présentées à l’Assemblée nationale par le Premier Ministre. Ce n’est pas un vote de confiance ou d’adhésion. Juste un vote qui, d’une certaine façon, s’impose : seul le reconfinement était maintenant possible. C’est un OUI sous conditions. Je demande au gouvernement de faire évoluer sa stratégie et d’enfin écouter les parlementaires et les acteurs de terrain, avec les propositions concrètes suivantes :

  1.   Changer la gouvernance de la gestion de crise, en associant toutes les forces politiques, de la majorité comme de l’opposition, à un comité de pilotage de crise hebdomadaire, afin notamment de définir ensemble les conditions permettant de gérer la vague actuelle, d’en éviter une troisième et de préparer un renforcement pérenne de notre système hospitalier.
  2.   Recruter 50 000 assistants professeurs, sur des contrats allant jusqu’à juin 2021, pour aider la communauté éducative (respect des gestes barrières, dédoublement, soutien scolaire etc…).
  3.   Accorder des aides exceptionnelles massives aux associations de solidarité et de distribution d’aides alimentaires, de paiement des loyers et de l’hébergement d’urgence, qui ont vu leur nombre de bénéficiaires exploser. L’Etat doit prendre sa part de responsabilité.
  4.   Permettre sans ambiguïté l’accès aux espaces naturels de proximité (forêts, bords de mer,…), y compris à plus d’un kilomètre du domicile (qui est une règle trop discriminante).
  5.   Laisser les librairies ouvertes. Les citoyennes et citoyens ont besoin d’un accès à la culture pour surmonter cette crise inédite. Les librairies sont un commerce de proximité essentiel qu’Amazon ne doit pas remplacer.

Matthieu Orphelin
député de Maine-et-Loire