Quel immense décalage entre l’ambition des 150 et les réponses du Président!

Quasiment aucune nouvelle annonce n’est venue réchauffer l’atmosphère entre le Président de la République et les 150 citoyennes et citoyens de la Convention. Pendant plus de 4 heures, les échanges ont marqué un décalage criant entre, d’une part, l’ambition des citoyens et la solidité de leurs propositions et, d’autre part, la posture défensive d’un Président qui a surtout cherché à justifier tant bien que mal son action environnementale passée.

Alors qu’il avait lui-même mandaté la Convention pour réduire de 40% les émissions d’ici 2030 et que le nouvel objectif européen de -55% nous enjoint de relever encore l’ambition et l’action, la quasi-totalité des mesures phares de la Convention ont été rejetées par le Président de la République. Avec, de surcroît, des arguments souvent peu convaincants, au contraire de ceux mis en avant par les citoyens.

9 des 10 mesures phares de la Convention qu’il restait à arbitrer ont été refusées par le Président ; seule la création de chèques alimentaires pour l’alimentation saine des plus démunis a été validée, une mesure très utile.

Enfin, même si cela ne cache en rien le manque d’ambition sur le reste des sujets, la réforme de l’article 1er de la Constitution est utile. Mais ira-t-elle au bout ? Rappelons qu’il faut un vote conforme du Sénat, difficile à obtenir. Nous avions déposé fin juillet une proposition de loi reprenant la rédaction de la CCC, que le Gouvernement peut donc dès maintenant inscrire à l’ordre du jour de l’Assemblée.

L’exécutif et le Président refusent donc d’en faire plus pour le climat. Dans cette Convention pour le climat, les citoyens avaient fait leur part du travail, l’exécutif et le Président échouent ce soir à faire la leur.

Matthieu Orphelin,
député de Maine-et-Loire