Que pensent les habitantes et habitants de la circonscription après 15 mois d’action du gouvernement ?

En cette rentrée 2018, comme nous l’avions déjà fait en 2017, avec l’aide de mon équipe de relais – des bénévoles – ainsi que de ma suppléante, nous sommes allés à la rencontre des citoyens de la circonscription. L’objectif était d’échanger après 15 mois d’action, sur leurs attentes et de prendre le pouls sur les actions menées par le gouvernement. 150 questionnaires ont été collectés : une cinquantaine d’entretiens en face à face (réalisés lors d’échanges sur les marchés ou en porte-à-porte), et une centaine par voie électronique, ce questionnaire ayant été envoyé à plus de 800 personnes(qui nous ont contactés ou que nous avons rencontrés durant la 1ère année de mandat). Les principaux enseignements sont les suivants :

1) L’action gouvernementale est finalement assez peu connue, aussi bien sur les mesures jugées positivement que négativement :

  • Ainsi, en face à face, une personne sur deux ne cite spontanément aucune mesure ; dans les raisons évoquées le désintérêt pour la politique et l’impression d’un manque d’impact de la politique sur leur quotidien sont mentionnées. L’actualité politique est clairement suivie avec moins d’intérêt que dans les mois qui suivaient la présidentielle.
  • Ce taux est nettement plus faible pour les réponses apportées au questionnaire en ligne (moins d’une personne sur 10). Les personnes qui ont répondu en ligne avaient en effet montré un intérêt (positif ou négatif) pour l’action gouvernementale à un moment donné.

2) Un certain nombre de mesures phares bien identifiées :

  • Pour les mesures positives, par ordre de citation : le dédoublement des classes de CP et CE1 dans les quartiers populaires, la suppression de la taxe d’habitation, la réforme ferroviaire et enfin la lutte contre les pesticides. À noter, un nombre significatif de personnes jugeant qu’aucune action n’a été positive.
  • Pour les mesures jugées négativement : les thématiques des retraites (augmentation de la CSG, pas assez de revalorisation), d’un manque d’ambition sur l’environnement (non inscription de l’arrêt du glyphosate dans la loi, loi pour l’agriculture perçue comme pas assez poussée), la révision de l’impôt sur la fortune, la mise en place des 80 km/h et enfin la loi sur l’asile et l’immigration sont les mesures citées le plus souvent.

3) Les personnes interrogées souhaitent que la majorité axe plus son travail sur des mesures en faveur de l’environnement (travail sur les alternatives à la voiture, réduction de l’utilisation des pesticides)* , pour améliorer l’emploi (mesures pour la formation et l’emploi des seniors et des jeunes) et le pouvoir d’achat (des retraités, classes moyennes ainsi que pour les plus vulnérables).

4) Les attentes pour le territoire des personnes interrogées en face à face sont la redynamisation de leur commune (maintien des services publics et maintien / l’aide à la création de commerces de proximité) et l’accès aux transports (journées de gratuité, baisser les prix du ticket de bus, augmentation de la fréquence des bus le soir et le week-end, amélioration / création de pistes cyclables et création de parkings à vélo).

➔ Cela renforce ma conviction qu’il y clairement un travail à effectuer pour améliorer la pédagogie sur les lois mises en place mais surtout une nécessité de renforcer les démarches et innovations ayant pour objectif de reconnecter les citoyens à la politique. Les citoyens sont d’ailleurs demandeurs de ces démarches.

Profil des répondants : 62% hommes – 38% de femmes / 6% ont entre ont entre 18 et 25 ans- 50% ont entre 26 et 55 ans – 44% ont plus de 60 ans

*Constat cohérent avec le sondage Kantar Sofres Onepoint paru le 17 septembre 2018, qui indique que 76 % des français estiment que le gouvernement doit prendre plus de mesures contre le changement climatique.