Projet de loi Agriculture et Alimentation : pour de nouvelles avancées !

Ce mardi 22 mai 2018, débutent les débats concernant le projet de loi agriculture et alimentation. Après des avancées importantes obtenues en commission, je porterai, avec le groupe ou des collègues LREM, des amendements supplémentaires pour permettre d’aboutir à un texte à la hauteur des enjeux et des conclusions des Etats Généraux de l’Alimentation.

 

  • Assurer un juste prix pour nos agriculteurs :

J’ai déposé deux amendements additionnels, en plus de ceux soutenus au nom du groupe : le premier pour s’assurer que les indicateurs servant à élaborer les prix soient justes et donc proposés par les organisations interprofessionnelles et le second permettant de garantir que les produits des marques distributeurs (MDD) soient sans ambiguïté inclus dans l’encadrement des promotions.

  • Une programmation raisonnée de la fin du glyphosate :

Cet amendement a pour objectif d’inscrire dans la loi les engagements du Président de la République. La sortie du glyphosate doit être programmée tout en accompagnant nos agriculteurs dans cette transition. Pour cette raison nous avons inclus des dérogations permettant de ne pas laisser un agriculteur sans solution lorsqu’aucune alternative n’existe.

  • Accompagner nos agriculteurs vers un modèle agricole plus durable et améliorer la qualité des produits dans notre alimentation :

De nombreuses avancées ont déjà eu lieu en commission : inscription dans la loi des objectifs de 20 % de bio et 50 % de produits porteurs de démarches et signes de qualité, mise en place de plans de diversification des protéines, suspension temporaire de l’utilisation du dioxyde de titane, meilleure définition des néonicotinoïdes, généralisation des diagnostics gaspillage alimentaire et approvisionnement durable, étiquetage clair et transparent pour le miel et meilleure prise en compte du bien-être animal.

Dans le cadre de la séance en hémicycle je porterai de nouvelles avancées en particulier :

  • Sur l’accompagnement des agriculteurs dans le changement de modèle agricole avec l’accélération dans l’accompagnement renforcé de 30 000 exploitations agricoles ;
  • Sur l’étiquetage, nous avons besoin, agriculteurs et consommateurs, d’un étiquetage clair et transparent pour lutter contre la concurrence déloyale.

Découvrir mes amendements