Prise de parole Président de la République – réaction Matthieu Orphelin – Oser un nouveau départ !

Après 4 semaines de mobilisation des gilets jaunes, ternies par les casseurs et les conséquences très graves pour notre économie et nos emplois sur les territoires (sans doute déjà plus de 10 milliards d’€), la prise de parole du Président de la République est attendue par tous.
 
Elle doit être l’occasion d’un nouveau contrat social et d’une nouvelle méthode pour redonner le sens du quinquennat. Il faut que le Président réinvente son lien avec les Français, qu’il redise aux citoyens qu’il est là pour eux, avec eux, pour améliorer leurs vies et préparer l’avenir. Changer de méthode ce sera aussi, pour le chef de l’Etat et le gouvernement, mieux travailler avec la société civile, plus collectivement, à partir des propositions des acteurs de terrain et en réinventant la démocratie participative. Pourquoi pas, par exemple, mettre en place un conseil citoyen de 100 personnes tirées au sort et représentatives, pour éclairer les décisions publiques d’un nouveau regard citoyen, ou encore organiser une grande consultation citoyenne sur 5 questions clefs au terme du grand débat.
 
Il sera utile que le Président annonce une ou deux mesures fortes, ou orientations nouvelles, pour concrétiser dès maintenant l’ambition du grand débat qui s’ouvre sur les territoires. Des mesures qui seront des solutions aux difficultés du quotidien des Français, et qui répondent à la fois à l’urgence sociale et à l’urgence écologiste. Les idées ne manquent pas : par exemple sur l’amélioration du pouvoir d’achat des retraités classes moyennes, sur la valorisation du travail, sur une prime mobilité ambitieuse, sur une fiscalité plus juste (fin niche Copé par exemple, taxe sur les transactions financières, modification barème impôts sur le revenu pour les très hauts salaires…), sur la mise en place plus rapide de mesures annoncées pour les prochaines années, pour un plan d’investissement massif et immédiat contre la précarité énergétique qui touche 11 millions de Français, … Il faudra des moyens mais assumons-le et osons sortir des logiques budgétaires de court terme quand il s’agit d’investir utilement pour le présent (et ceux qui sont les plus défavorisés) et pour l’avenir.
 
Il reste 3 ans 1/2 de mandat, à nous de les rendre utiles et d’accélérer sur la justice sociale et la transition écologique !