Plus de transparence dans la vie politique : c’est possible et c’est facile !

Depuis le début de mon mandat, je me suis engagé à être le plus transparent possible, tant sur mes rencontres avec les lobbys que sur les dépenses liées à mon indemnité de mandat. Cette transparence est demandée par les citoyennes et citoyens et est l’un des gages nécessaires pour rétablir la confiance avec la politique. Les lois pour la moralisation de la vie politique, votées à l’été 2017, sont un premier pas essentiel mais il faut aller plus loin. Pour cela, j’ai mis en place deux outils : l’agenda ouvert et la publication trimestrielle de mes dépenses. Ces informations sont accessibles via mon site internet. J’en publie aujourd’hui le bilan pour le premier trimestre 2018.

 

Un agenda ouvert publié chaque mois 

Sur le premier trimestre 2018, j’ai rencontré 169 représentants d’intérêts (autrement appelés lobbys) : fédérations, acteurs économiques, associations, syndicats… Ces rencontres sont essentielles pour fabriquer la loi, mais il faut les rendre publiques pour plus de transparence, de pertinence et pour et permettre aux observateurs de mesurer l’empreinte législative des lobbies.

Ces rendez-vous se sont concentrés sur les lois ou actions sur lesquelles je me suis particulièrement mobilisé : transports et mobilités (38 acteurs rencontrés), asile / immigration (37), environnement (21), agriculture et alimentation (18), et emplois francs (15).

La liste des rendez-vous et des thèmes abordés est disponible sur  http://matthieuorphelin.org/agenda-ouvert-2/ . Un outil en ligne permet de faire des recherches par nom d’interlocuteur ou par thème de rencontre.

Des dépenses de frais de mandat publiées chaque trimestre et toutes justifiées

Chaque député dispose d’une enveloppe mensuelle de frais de mandat de 5 373 €. J’ai pris 3 engagements supplémentaires, au-delà des nouvelles obligations qui découlent des lois sur la moralisation, :

  1. Justifier TOUTES mes dépenses, quel qu’en soit le montant (dès le 1er € !) et donc ne pas utiliser la tolérance de 150 €/semaine de frais non justifiés permise dans le règlement de l’Assemblée Nationale.
  2. Prendre un expert-comptable pour tenir le compte de mes dépenses. J’ai confié cette mission au cabinet Fidaco, situé à Angers.
  3. Publier un bilan trimestriel sur mon site, à retrouver sur http://matthieuorphelin.org/frais-de-mandat/.

Le nombre d’heures passé par mes collaboratrices parlementaires pour réaliser ces deux exercices de transparence est raisonnable : nous l’estimons à 1 jour par mois (2h30 pour l’agenda et 5h30 pour les frais).

Plus de transparence, c’est possible et c’est facile ! J’appelle tous les parlementaires à s’y engager sans crainte !