Motions de censure : après le 49-3, un nouveau piège pour la démocratie !

Après l’annonce de l’utilisation du 49-3 par le Premier ministre, les groupes d’opposition ont déposé deux motions de censure.

Évidemment hors de question pour moi de voter celle déposée par Les Républicains, qui veulent une réforme des retraites bien plus injuste et aussi repousser l’âge de départ à la retraite. Je ne voterai pas non plus celle portée conjointement par les trois groupes de gauche, pour ne pas tomber dans le piège tendu par LFI, qui, par sa stratégie d’obstruction porte aussi une part de responsabilité dans ce triste 49-3.

Je ne veux ni être complice des erreurs du gouvernement, ni être complice de l’obstruction de LFI, un groupe dont certains membres appellent aujourd’hui à la dissolution de l’Assemblée nationale.

Pour moi, la démocratie, ce n’est pas ce 49-3 aveu d’impuissance, ce n’est pas non plus l’obstruction parlementaire. Sur un texte aussi important pour nos concitoyens, le débat de fond est nécessaire pour améliorer le projet du gouvernement avec les apports des parlementaires de la majorité et des oppositions. J’avais moi-même fait des propositions par voie d’amendements qui ne seront pas étudiées et qui n’ont pas été reprises dans le nouveau texte du gouvernement. Sur des points pourtant essentiels comme le financement, le gouvernement continue de se refuser la moindre avancée. Sans doute pour mieux justifier le retour de l’âge pivot. Ce n’est pas responsable.

Faut-il un changement de méthode ? Oui ! Nous ne pouvons pas continuer à réformer la France sans prendre en compte les propositions des partenaires sociaux, sans s’appuyer sur les parlementaires constructifs pour améliorer les projets de loi, sans mieux écouter les citoyens. Faut-il un changement de politique ? Assurément ! Faut-il un changement de gouvernement ? Au Président de la République d’en décider, mais c’est une question légitime. Faut-il réformer le mode de fonctionnement de l’exécutif et du législatif ? Oui, la démocratie doit être modernisée, et le parlement renforcé.

Matthieu Orphelin

Député de Maine-et-Loire