Le gouvernement rate son entrée dans le monde d’après

Je déplore le lamentable rejet par le gouvernement et la majorité de notre amendement demandant des contreparties climat aux grandes entreprises qui vont recevoir 20 Mds€ de participations de l’Etat. Seul un simple rapport du gouvernement, sans aucune contrainte pour les entreprises concernées, tenant plus du greenwashing, de surcroît rendu a posteriori, a été adopté.

En rejetant cette proposition, le gouvernement et la majorité révèlent leur incompréhension des risques climatiques et des efforts de transformation que nous aurons à mener rapidement. Des risques auxquels sont aussi exposés ces entreprises.

Cela n’a aucun sens si l’Etat-actionnaire va à l’encontre de l’Etat-stratège. Il n’était en rien question de limiter le soutien d’urgence ou de renoncer à sauver nos emplois et nos savoir-faire, mais d’y associer des engagements simples, fermes et ambitieux, que les sociétés devront respecter à moyen terme (et non en pleine récession). C’est le strict minimum. Ma crainte c’est que non-seulement elles continueront – comme elles l’ont toujours fait -, à mettre la pression pour repousser les objectifs climatiques ou pour assouplir les réglementations environnementales en vigueur, mais en plus nous les aidons à le faire. Plan de sauvetage et plan de relance, c’est la même chose, c’est de l’argent public injecté dans l’économie. Or on ne dépense pas de l’argent public sans s’assurer qu’il serve l’intérêt général, en l’occurrence en protégeant notre population des risques climatiques.

Enfin, les conditions actuelles des votes à l’Assemblée nationale ne sont pas à la hauteur de notre démocratie. Notre amendement a été voté en pleine nuit, avec moins de 30 députées et députés présents, avec 3 représentants LREM qui possédaient à eux seuls la majorité absolue (ce qui est contraire au règlement de notre assemblée), et sans possibilité pour les signataires de l’amendement appartenant à la majorité de voter pour leur propre amendement !

Matthieu Orphelin
député de Maine-et-Loire