Imaginons de nouveaux dispositifs innovants de soutien financier à l’agriculture biologique !

Je suis, comme de nombreux acteurs, préoccupé par l’impact des contraintes budgétaires sur le maintien et le développement de l’agriculture biologique, mode de production qui a pourtant tant d’avantages tant pour la rentabilité des exploitations agricoles que pour l’environnement ou une alimentation plus durable.

L’équation budgétaire à laquelle a dû faire face le Ministre de l’agriculture -et qui a conduit aux arbitrages annoncés ce jeudi 27 Juillet 2017- était insoluble, en raison de la sous-budgétisation du gouvernement précédent sur les aides au second pilier de la Politique Agricole Commune, aides dédiées à l’indemnité compensatoire de handicaps naturels (ICHN), les mesures agro-environnementales et climatique (MAEC) et les aides pour la conversion et le maintien en agriculture biologique.

Ne nous résignons pas ! Réfléchissons ensemble à des financements différents et innovants, notamment à l’échelle nationale. Par exemple, imaginons de nouvelles aides aux investissements lourds nécessaires pour le passage en bio dans certains secteurs, comme la production porcine. Cela pourrait naturellement trouver sa place dans le Plan de Transformation Agricole doté de 5 milliards d’euros pendant ce quinquennat. D’autres pistes existent aussi : évolution du crédit d’impôt Agriculture Biologique, nouveaux dispositifs d’avances…. Les Etats généraux de l’alimentation sont un cadre idéal pour réfléchir ensemble à de tels nouveaux dispositifs innovants.