Glyphosate : une période transitoire de deux à trois ans pour déployer les alternatives serait un bon compromis

Matthieu Orphelin et Jean-Baptiste Moreau, députés (LREM)

Sortir de la dépendance de l’agriculture au glyphosate est un enjeu de respect de l’environnement et de santé publique, pour les citoyen-nes et pour les agriculteurs. Réussir à concrétiser la fin de l’utilisation de cet herbicide est tout sauf anecdotique : c’est le pesticide le plus utilisé en Europe, on en consomme par exemple 8 500 t par an en France.

Le gouvernement français a confirmé sa décision du gouvernement de s’opposer au renouvellement pour 10 ans de l’autorisation de mise sur le marché du glyphosate. C’est une bonne décision : 10 ans de plus, ce serait effectivement l’assurance que rien ne change. Le Premier Ministre a confié aux ministres en charge de l’agriculture et de la transition écologique la présentation d’ici la fin 2017 d’un plan de sortie.

Où en est-on ? Des alternatives existent déjà et sont mises en œuvre par certains agriculteurs ; elles nécessitent cependant parfois des changements de pratiques culturales ou des équipements spécifiques. D’autres, dont éventuellement le développement de produits présentant moins de risques pour la santé et l’environnement, pourraient être développées si la sortie du glyphosate était assumée et mieux programmée.

Nous proposons que la France porte l’idée d’une interdiction à deux ou trois ans, avec une période transitoire qui permettrait de déployer les alternatives et d’accompagner les agriculteurs dans cette transition. Cela nous parait être un bon compromis, qui concilie prise en compte des enjeux sanitaires et écologiques et réponse aux inquiétudes d’un nombre conséquent d’agriculteurs quant aux conséquences à très court terme sur leur activité, dans un contexte économique difficile. Cela permettra aussi le partage de bonnes pratiques et les retours d’expérience.

Une telle période transitoire doit était actée au niveau européen plutôt que national, ce qui évitera les risques liés à l’importation de produits.