Qu’est ce que recouvrent les frais de mandat Quels sont mes engagements pour encore plus de transparence sur ces frais ?

Qu’est ce que recouvrent les frais de mandat ?

La prise en charge des frais de mandat permet de garantir aux députés d’avoir les moyens de se consacrer, en toute indépendance, à leur travail. Jusqu’à 2017, il n’y avait aucune obligation pour le député de conserver ses factures et aucun contrôle n’était effectué ! Il était temps que cela change et nous avons porté, dans la loi confiance, des avancées fortes sur l’encadrement des dépenses de frais de mandat. Le mondant de l’indemnité s’élève à 5 372,80 euros net par mois.

 

Dès 2018, des frais de mandat plus encadrés

L’assemblée Nationale a adopté le 29 novembre 2017 un arrêté déterminant la liste des frais admis et instaurant un mécanisme de contrôle sur justificatifs (chaque député sera contrôlé au moins une fois durant la législature). L’IRFM ( Indemnité représentative des frais de mandat) est remplacée par une avance sur frais. J’ai pris 3 engagements supplémentaires, au-delà des nouvelles obligations qui découlent des lois sur la moralisation, :

  1. Justifier TOUTES mes dépenses, quel qu’en soit le montant (dès le 1er € !) et donc ne pas utiliser la tolérance de 150 €/semaine de frais non justifiés permise dans le règlement de l’Assemblée Nationale.
  2. Prendre un expert-comptable pour tenir le compte de mes dépenses. J’ai confié cette mission au cabinet Fidaco, situé à Angers.
  3. Publier un bilan trimestriel sur mon site.

Comment ai-je dépensé mes frais de mandat au deuxième trimestre 2019 ?

De avril à juin 2019, j’ai dépensé 12 687€ soit 4 229€ par mois (ce qui représente 79% de l’avance de frais de mandat trimestrielle).

Tous mes frais sont justifiés dès le 1er € (je n’utilise pas la tolérance de 150 € non justifiés par semaine) et contrôlés par un expert-comptable. Pour ce trimestre, aucune facture n’est manquante.

La répartition des frais par grands postes de dépenses est la suivante :

Les frais liés à la permanence parlementaire (location des lieux, fonctionnement lié) représentent un budget mensuel de 1 108€. Ils sont en forte baisse par rapport au trimestre précédent (qui comprenait les frais liés à l’installation dans une nouvelle permanence).

Les frais de déplacements sont en hausse ce trimestre, en raison des déplacements plus nombreux de mes collaborateurs entre Angers et Paris au deuxième trimestre.

Les frais dits d’hébergement et de repas sont stables à 704€/mois. Cela inclut une partie des dépenses engagées pour mon hébergement à Paris, les déjeuners de travail au restaurant de l’Assemblée Nationale ou se déroulant à l’extérieur.

Les frais de communication et documentation s’élèvent à 112€/mois pour le deuxième trimestre.

Les frais de représentation et de réception, déjeuners ou dîners où j’invite des partenaires et acteurs de terrain ou de la société civile, sont en hausse à 1366€/mois). Cette hausse s’explique en particulier par des frais exceptionnels (participation à un séminaire payant, repas de travail avec une vingtaine de relais bénévoles, prise en charge à 100% de trois petits-déjeuners de travail réunissant à chaque fois une quarantaine de personnes du collectif Accélérons). 

Les dépenses de personnel sont en hausse ce trimestre pour atteindre 192€ par mois. Cela s’explique par les gratifications des stagiaires et étudiantes ayant participé à la rédaction des synthèses du Grand Débat.

2017 : 2nd semestre

2018 : 1er trimestre

2018 : 2nd trimestre

2018 : 3ème trimestre  

2018 : 4ème trimestre  

2018 : bilan annuel  

2019 : 1er trimestre

Plus de renseignements

Pour plus de renseignements sur les moyens mis à la disposition des députées et des députés.


Cliquez ici