Enfin une taxation des pick-up de luxe !

Je me réjouis de l’adoption, la nuit dernière, de l’amendement au projet de loi de finances visant à soumettre les pick-up de luxe au barème du bonus-malus écologique et à la taxe sur les véhicules de société (TVS). Il concerne uniquement les pick-up dont l’usage est détourné (les pick-up double cabine à 4 portes). Les pick-up véhicules utilitaires (simple cabine à 2 portes), utilisés par les artisans et les commerçants, ne sont pas concernés.
 
Cet amendement met fin à l’incohérence fiscale qui rendait plus économique d’acheter un pick-up, non soumis au malus et à la TVS, plutôt qu’une voiture particulière d’un niveau de gamme équivalent (type berline ou SUV), mais présentant des nuisances moindres. C’était d’ailleurs un argument de vente mis fortement en avant par les vendeurs de pick-up, avec des modèles de plus en plus luxueux, dont les ventes ont triplé depuis 10 ans. Cette situation absurde poussait la vente de pick-up de luxe à la hausse, par un effet d’aubaine : en 2017, 20 000 véhicules de ce type ont été vendus et sur les 6 premiers mois de 2018 ce chiffre est en hausse de +12,5 %, ce qui amènerait à 22 500 ventes en 2018, soit plus de 1 % du marché et un chiffre proche des ventes de voitures électriques (environ 30 000) !
 
Cette anomalie fiscale présentait des enjeux majeurs pour l’écologie, ces modèles étant fortement émetteurs de CO2, mais aussi pour la sécurité routière, la hauteur de capot élevée augmentant la dangerosité de l’impact. Je me félicite du travail constructif entre différents groupes politiques sur ce sujet, qui a permis d’aboutir à cette véritable avancée.