#EGAlim : les mesures annoncées par Emmanuel Macron doivent permettre d’assurer des prix justes et, en même temps, une transformation en profondeur de notre modèle agricole

Près de la moitié des agriculteurs retirent moins de 350 €/mois de revenu de leur exploitation. Il était urgent d’agir ; les premières mesures dévoilées ce jour par le Président de la République peuvent contribuer à ce que les agriculteurs soient payés au prix juste : contrats pluri-annuels, construction des prix à partir des coûts de production, renforcement des missions et des moyens de l’observatoire de la formation des prix et des marges, relèvement du seuil de revente à perte, encadrement des promotions. Elles sont en phase avec les recommandations et convergences ou consensus obtenus dans les ateliers des Etats Généraux de l’Alimentation (dont l’atelier 5 où je représentais l’Assemblée Nationale).

La volonté de lier certaines de ces avancées à la réalisation de plans de transformation par filières, élaborés d’ici fin 2017, est une démarche intéressante pour s’assurer de la concrétisation de la transformation de notre modèle agricole, si l’ambition d’aller vers une alimentation plus durable est bien l’un des piliers de ces plans par filières. Plus de qualité et de proximité, d’agriculture biologique et autres labels de qualité, de respect de l’environnement, moins de pesticides et d’impacts sur l’environnement : voilà l’avenir de notre agriculture. Il faut l’assumer !