Dans 3 ans, on aura divisé par 10 ou par 20 l’utilisation du glyphosate en France. Si on y arrive, on aura fait notre job.