Annonces du Président de la République jeudi : IMPOSSIBLE que l’écologie soit absente !

Je ne peux pas croire que les fuites parues dans les médias la semaine dernière soient complètes. C’est impossible qu’il n’y ait jeudi aucune annonce forte sur l’écologie lors de la conférence de presse du Président de la République. Ce serait une erreur politique, tant l’urgence climatique est forte et tant le grand débat national avait fait ressortir d’attentes des citoyens sur la transition écologique.

Par ailleurs, ce serait incohérent, alors que nous sommes à un gros mois des élections européennes, et que la liste LREM/MODEM annonce vouloir y porter haut l’écologie. Comment est-ce possible d’être crédibles si l’ambition n’est pas au rendez-vous au niveau national ?

Une assemblée citoyenne et une éventuelle conférence sociale et écologique sont de bons outils pour stimuler notre démocratie, mais attention, ne différons pas à leurs résultats les mesures fortes qui s’imposent dès aujourd’hui.

Alors qu’un Français sur 4 dépense plus de 150 €/mois pour aller travailler en voiture, que le transport représente 21 % des dépenses des ménages ruraux, des mesures fortes sont nécessaires dès maintenant: 1/ mise en place de micro-crédits ou de nouvelles offres des constructeurs et banques pour aider les ménages précaires à financer leur changement de véhicule, 2/ nouvelle prime mobilité pour les salariés habitant à plus de 30 km de leur lieu de travail et gagnant moins de 2 SMIC, mais aussi 3/ renforcement des petites lignes de train et d’autres actions locales de mobilités propres, financés par une contribution sur le kérosène des avions (par exemple via l’existante taxe Chirac ou via une contribution écologique au décollage sur les vols intérieurs, quand une alternative en train existe) ; voilà une belle mesure de justice sociale et d’écologie !

Alors que le poids du logement continue d’augmenter dans les dépenses des Français (25 % en moyenne pour les locataires), notamment sous l’augmentation du prix du chauffage, des mesures s’imposent également sur l’accélération de la lutte contre la précarité énergétique qui touche 1 ménage sur 5 : mise en place et financement d’un vrai service public de la rénovation énergétique, transformation (enfin !) du crédit d’impôt transition énergétique en prime dès la réalisation des travaux, simplification des nombreuses aides…

L’acte 2 du quinquennat sera-t-il celui d’un tournant vers une politique plus sociale et plus écologique ? Rendez-vous jeudi soir pour le savoir !

 

Matthieu Orphelin

Député de Maine-et-Loire